C’est l’histoire d’un blockhaus. Un blockhaus sans défense

Posted under Ambiances Murales,Freenäutil le Mardi 25 octobre 2016 at 20 h 46 min

 

C’est l’histoire d’un blockhaus. Un blockhaus sans défense.

Une fois de plus, et comme à chaque fois que j’aurai à mettre en forme ce que je voudrais dire à propos de l’histoire d’un de mes graffes, je me confie à quelqu’un qui sait vraiment mettre en mot les choses, et voilà pour celui-là .. ; )

‘’Avec l’œil, j’avais réussi sans le vouloir à faire se déplacer les gens d’un point A à un point B. Non seulement cela avait pu susciter un peu de curiosité sur les réseaux sociaux, mais aussi dérounitiser quelques promenades, et des gens ont commencés à revenir là où ils n’allaient plus très souvent. Je m’étais dis que s’il y avait ce petit but à la clé, certaines personnes se réapproprieraient peut-être un peu de ces lieux particuliers, leurs découpes, leurs belles richesses, et se remettraient à se perdre sur des kilomètres pendant le trajet. Alors pourquoi pas faire un graffe plus loin, et tenter un point C ? Réinvestir un lieu connu mais déserté, c’est  un peu comme le faire naître deux fois, lui redonner une place dans nos yeux. J’ai peut-être l’ambition de créer des choses qui remuent, quelque chose qui bouge et fasse bouger, à la fois géographiquement et intérieurement. Alors pour celui-ci je sais, je dois être le 308 000ème  à aborder le sujet de l’exploitation et de l’abus sur les animaux, mais ça me paraissait important d’en ‘’remettre une couche’’ et ce graffe s’est mis à me trotter dans la tête depuis quelques mois. Il y a certaines utilisations de l’animal qui peuvent se comprendre et se tolérer, même si elles ne sont de loin pas régulées et pratiquées correctement. Donc même si on tue les animaux pour les manger, il ne faut pas lâcher là-dessus, il peut y avoir une dignité minimale là-dedans, et chaque culture, chaque société à ce travail à faire par rapport à la vie et à l’exploitation animale. Je crois savoir qu’en Chine, on se contrefout du droit des animaux, il est abordé sur son versant purement utilitaire. Mais à l’époque chez les indiens avant de tuer les animaux, on les remerciait de permettre de manger, et dans les pays européens, leurs droits commencent sérieusement à être pris en compte. Et puis dans d’autres endroits et suivant l’animal, il peut être sacralisé bref, le rapport de l’humain à l’animal est encore un vaste débat bourré de différence. Et puis me travaillait pas mal la question de la mort vaine, qui sert à rien, même pas à se nourrir. A rien.  Genre là, on mutile une bête de plusieurs tonnes pour lui piquer deux défenses en ivoire. Une vie est foudroyée pour ça, quelques grammes d’ivoire. Et parfois c’est juste pour faire la photo .. un animal de plusieurs tonnes sacrfié pour une seule photo de triomphe imbécile. Je viens de voir y a pas longtemps que l’actualité récente montre que c’est bien toujours en vogue. Un être humain qui a besoin d’un trophée de ce genre pour se mettre en valeur, pour moi c’est comme si un collier de boyau ça pouvait faire joli pour aller en soirée : c’est débile limite psychopathe ! des malades mais je ne sais pas de quoi, de solitude, de manque d’amour, d’ennui .. bon en tout cas c’est l’animal qui en paye le prix. Un animal souvent sans défense.
Ce blockhaus bien patiné, énorme, vacillant, immobile et comme en attente, ça m’a tout de suite évoqué un éléphant passif, révolté, mutilé et souffrant. J’ai essayé de mettre dans le seul œil qu’il possède, quelque chose d’une révolte et d’une interrogation. Pourquoi ? Pour un humain, il y a d’autres moyens pour chercher l’attention, l’amour, le pognon ou l’adrénaline que de faire des choses pareilles. J’ai jamais voulu que ces gens se sentent à l’aise de faire ça, je veux aujourd’hui et à traver ma pratique, à la fois rendre hommage à la pierre de béton qui a su m’inspirer, mais aussi faire en sorte que les gens qui pratiquent ce type de barbarie ne soient jamais à l’aise. On ne peut pas faire comme si tout ça c’était juste normal. Ce graffe, c‘est une goutte d’eau, une goutte de spray dans l’océan de ce qu’il reste à faire mais ça m’est égal, on sait comment se forme les ruisseaux, par l’empilement de tout ça, de toutes ces petites volontés de ci de là. La loi du plus fort, c’est les cavernes. Il serait temps que l’homme ait un rapport sain et juste avec l’animal. Une paix. Leur laisser la paix.
Ce blockhaus fait pour apporter la mort, a été détourné comme porteur d’un petit message de vie. Ca m’importe, et ça me suffit.’’

näutil

This is the story of a blockhouse. A defenseless blockhouse.

Once again, and as always when I will having to explicite what I would say about the story of one of my graffiti or fresco, I’ll entrust myself to someone who really knows how to put thoughts in words, and here it is for that one ..)  »

With the eye, I managed unwittingly to move people from point A to point B. Not only that had arouse some curiosity on social networks, but also deprogrammed some usuel walks. So,people have begun to return where they weren’t very often. I told myself that if there was this little artitical purpose, maybe people will be able to repapropriate to themselves some of those particular landscapes, with magical coastal cutting. So why not make a graffe furtherer and attempt a C point ? Reinvesting a known but deserted place is a bit like make it born twice, give again to it a place in our eyes.
I may have the ambition to create things that moves and make moving, both geographically and internally. So for this I know, I must be the 308 000th to broach the subject of exploitation and abuse against animals, but it seemed important to me to spray about it.So, it colonized my head for a few months. There are some uses of the animal which can be understood and tolerated, even if they are by far not regulated and practiced properly. So even if we kill animals to eat them, there can be a minimum of dignity in there. Every culture, every society have this work to do, regarding utilisations of animals. I know that in China, they don’t really give shit about animal rights,they »re just commodity. But among the Indians before killing animals, they thanked them to allowed people to eat. and in european countries, their rights seriously beginning to be considered. And in other places some animals are sacred in briefe, lots of disparity and still work to do. And worked into me the question of vain death, used for nothing, not even to feed people. To nothing. Like there, we mutilate an animal of several tons to prick him two ivory tusks. A life is blasted for that, a few grams of ivory. And sometimes it’s just to make the picture .. an animal of several tons sacrified for a single photo, what a foolish triumph.
Not long ago, recent events show that it is still in vogue. A human being who needs a trophy like this to highlight, for me it’s like if a neckless made of guts can be pretty to go in a party: it’s stupid and nearly psychopathic ! Those people are sick but I do not know sick of what, loneliness, lovelessness, boredom ..in any case, the defendeless animal pays the highest price. For me; this skated blockhaus, huge, wobling and waiting, reffered immediatly to a passiv, mutilate, suffering and rebelled elephant. And I tried to put in the one eye he possessed, some taste of revolt and an interrogation. Why ? For a human, there are other ways to seek attention, love, or hunt the adrenaline that doing such things. I never wanted these people to feel comfortable at doing that, I want today and between my practice, both to honor the concrete stone that has inspired me, but also make that people who practice this type of barbarity will not feel at ease. We can not pretend that all this was just normal. This Graffe his a drop on water, a drop of spray in the ocean of what its left to do but it doesnt bother me, we know how to form streams, by stacking it all , all those little wishes here and there. The law of the strongest, it’s a neandethal logic. It is time that man has a fair and healthy relationship with the animal. A kind of peace. Give them peace.
This blockhouse done to bring death, was hijacked as carrying a small message of life. It matters to me and that’s all.  »

näutil

graff : näutil / photos et texte : muze²   © Cyrille Corlays / näutil / Biville (Manche)






Copyright © 2017 Aérosoleil : Peintre en décoration graff (graph, graffiti) street art. All right reserved. Hosting services by HostsGuides.com